Tous les articles par t&r

qualité de l’eau du robinet

Pour connaître la qualité de votre eau de robinet, à partir des normes officielles, vous pouvez consulter le site du ministère de la santé en paramétrant les infos concernant votre commune :

http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html

Malheureusement, il semble que les pesticides soient les grands absents de ces analyses. Il est vrai que ces molécules sont très nombreuses et leur détection coûteuse.

Nitrate : danger ou pas ?

La question de la dangerosité pour l’homme des nitrates divise profondément les association environnementales, les ministères concernés et la profession agricole. Bien que l’OMS ait donné un avis de précaution il y a de nombreuses années à travers ses normes pour l’eau potable reprises en partie par l’UE, le sujet reste d’actualité s’agissant de molécules liées directement aux activités agricoles intensives (c’est ainsi que certaines rivières des Côtes d’Armor sont passées en 40 ans de moins de 10 mgl de nitrate par litre à plus de 100 mgl et que le rapport du Préfet de ce département, M. Fargeas, précisait au Premier Ministre il y a peu le lien entre ce fait et l’utilisation intensive des engrais azotés (l’azote devenant nitrate dans les sols) .
Le sujet étant complexe, il est devenu plus une question d’opinion que de connaissance réelle pour nombre de protagonistes, T&R vous livre les remarques du ministère de la Santé canadien, à chacun de savoir ce qu’il en pense…
nitrate&santéCanada

Dessalement eau de mer

En ces temps de diminution de la ressource en eau la tentation est grande, comme en Espagne par exemple, de choisir la voie du dessalement de l’eau de mer. De tels projets existent sur notre littoral gourmand en eau douce pendant l’été.
Pour ceux qui sont intéressés par les conséquences de telles installations sur l’environnement, voici un article assez détaillé :
http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=23627

TriMécanoBiologique (TMB) en Vendée

La question des déchets ménagers impose des choix au Politique. Or les options sont multiples mais complexes pour tous les départements. La Vendée a fait un choix il y a des années, celui du TMB, ou tri-compostage. Cette technique consiste à trier mécaniquement, par effet centrifuge, ce qui est organique et ce qui ne l’est pas, pour, ensuite, composter ce qui est organique (aliments, déchets verts, etc…). Et enfouir ce qui est non organique, les déchets ultimes. Le compost issu de ces opérations est censé pouvoir être utilisé par les agriculteurs afin de remonter le % de matière organique (M.O) dans les sols, car ils en manquent cruellement.
Mais voilà que l’on s’aperçoit que cette séparation n’est pas si évidente et que certaines choses fort polluantes migrent dans la partie organique. Les agriculteurs, conscients de ce problème pour leurs terres, ne souhaitent visiblement plus utiliser ce compost, même s’il respecte la norme française. Norme qui, d’ailleurs, risque fortement d’être remise en question par la future Directive Européenne pour 2014 qui devrait interdire l’enfouissement de composts de TMB ! Paris discute âprement avec Bruxelles sur le sujet mais, de toutes façons, si les agriculteurs n’en veulent plus, qu’en faire ?
On en est là. Constatons que la Vendée a fait le choix coûteux du TMB il y a déjà plusieurs années. La révision simplifiée du Plan Départemental de Gestion des Déchets vendéens vient d’être adoptée début décembre 2011 par les élus du Conseil Général. Des associations ont protesté de ce choix. Un occasion de dialogue a été manquée. Dommage.
Nous sommes très nombreux à avoir conscience de la nécessité des efforts de tri sélectif et, là où il est mis en place comme il faut, notamment dans certains secteurs vendéens, il semble que cela donne de bons résultats. Alors ?
Pour ceux que cela intéresse, voici le lien avec un rapport du Sénat :  r09-5711
ainsi que l’analyse de France Nature Environnement :
http://www.fne.asso.fr/fr/traitement-mecano-biologique-tmb-et-tri-compostage.html?cmp_id=167&news_id=12101&vID=1001

en Vendée la presse se fait l’écho de problèmes de fonctionnement :