Tous les articles par t&r

ETABIOGAZ : le projet est abandonné

... de riverains refuse le projet « Article « Le Journal du Pays Yonnais

La nouvelle vient de tomber : le projet de méthanisation (nom : Etabiogaz) localisé dans le périmètre de la ville de la Roche sur Yon, lancé en 2014 par la Chambre d’Agriculture de Vendée, est abandonné par celle-ci après plus d’un an de lutte de nombreux habitants du quartier opposés aux nuisances potentielles : odeurs, bruits de camions et tracteurs et dévalorisation des patrimoines immobiliers (certaines habitations auraient été à 50 m de l’installation projetée !).

Continuer la lecture de ETABIOGAZ : le projet est abandonné

MARC THERY NOUS A QUITTÉS

Photo_Annonce_Deces

La crise, quelle crise ?

En pleine crise du porc, la maternité porcine industrielle vient d’être inaugurée à Poiroux (Vendée) !
Créée par des associés proches, voire liés au groupe Sofiprotéol-Avril, elle devrait produire 23.000 porcelets par an. 
Les premières reproductrices sont arrivées cette semaine dans 3 semi-remorques accompagnés par la Gendarmerie.
 
Pendant ce temps, le recours administratif lancé par un collectif, dont T&R, est à l’instruction au Tribunal.
Et si nous gagnons ? On ferme ? Chiche !
Image en ligne

Agriculture : pour sortir de l’impasse

Marc Humbert, Professeur d’économie politique à l’université de Rennes.

Marc Humbert est professeur d’économie à l’université Rennes 1, l’un des initiateurs du Manifeste convivialiste

Agriculture : pour sortir de l’impasse

Nos agriculteurs sont depuis 50 ans de bons élèves. De l’Europe, de la République, du Crédit Agricole, de la Mutuelle sociale agricole, de la FNSEA et des chambres d’agriculture. Pourtant ils sont dans l’impasse.

Pour la seule Bretagne, au cœur de la contestation actuelle, le nombre d’exploitations a baissé de 150 000, en 1970, à moins de 35 000. Certes elles sont plus grandes : 48 ha en moyenne au lieu de 13. Avec plus de salariés (un actif sur quatre), de gros équipements (500 000 euros en moyenne), et plus d’endettement (un taux moyen de 55%). Dans quinze ans, prédisent les calculs économiques, elles seront à peine plus de 20 000. Comment cette disparition de plus d’une exploitation sur trois va-t-elle se faire ? Continuer la lecture de Agriculture : pour sortir de l’impasse