Choisir les tomates vertueuses

870x489_serres_de_bessieres_1_ml

Le Comité national de l’agriculture biologique (CNAB) a tranché en juillet sur la question des serres chauffées : « Par 23 voix pour et 15 contre, le CNAB a décidé que les producteurs pourront continuer à produire des fruits et légumes dits « bio » en serres chauffées« . Mais, nuance, les produits issus de ces serres chauffées ne pourront pas être vendus entre le 21 décembre et le 30 avril, afin de respecter une certaine saisonnalité des productions (tomates, poivrons, aubergines, courgettes, concombres), précise le ministère de l’Agriculture qui nous apprend ainsi que le 20 décembre c’est encore l’été. Magique !

On le voit, encore une fois, sous la pression de la FNSEA, c’est l’aspect économique qui est privilégié. Pour se donner bonne conscience et « greenwasher » un peu l’affaire, ils ont décidé que le chauffage de ces serres devra être durable. Cela change tout ? Eh bien non, car au-delà des considérations éthiques, l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, explique qu’une tomate produite en France sous serre chauffée est responsable de 4 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate importée d’Espagne et 8 fois plus qu’une tomate produite en France en saison !

Le conseil de T&R : mangez des tomates en saison normale achetées chez un producteur Bio local. Vous vous régalerez et soutiendrez ainsi un maraîcher respectueux de l’environnement et de ses clients.