Cyanobactéries et baignades

 

IMG_0643

Les cyanobactéries, appelées algues bleues (leurs anciens noms), sont des bactéries photosynthétiques qui tirent parti, comme les plantes, de l’énergie solaire. Cette photosynthèse produit du dioxygène (O2) et les cyanobactéries ont probablement été à l’origine de l’arrivée de l’oxygène dans l’atmosphère de la Terre il y 2 milliards d’années puisqu’elles pullulaient dans les océans.

Elles sont présentes partout, dans les rivières et les plans d’eau, mais à cause du réchauffement de l’eau, de l’ensoleillement et surtout du taux trop élevé de minéraux, phosphore et azote, venant des épandages agricoles, elles envahissent les lieux et certaines sont extrêmement toxiques, voire mortelles. L’eau devient verte puis verte et bleu.

En Pays de Loire il est interdit de se baigner en eau douce à cause du mauvais état de l’eau, notamment la présence répandue des cyanobactéries, sauf sur des lieux aménagés et surveillés, souvent sur des plans d’eau, qui sont justement ceux que les communes n’aiment pas voir fermés par les préfectures pour cause de cyanobactéries. Pourtant il n’est pas rare l’été de voir enfants et parfois parents se baigner en rivière un peu partout en expliquant qu’ils ne mettent pas la tête dans l’eau, or le contact avec la peau peut suffire.

L’ARS*, au dessus de 100.000 unités par millilitre, conseille l’interdiction de baignade mais certaines communes ne sont pas d’accord car, selon elles, les chiffres peuvent varier en quelques heures (ndlr : ce qui est exact mais dans les deux sens). Il est vrai que les gens qui ont chaud apprécient peu ces interdictions et certains s’en moquent, à leurs risques et périls… sauf qu’ils engagent la responsabilité des collectivités qui doivent s’assurer que personne ne se baigne si c’est interdit là où normalement c’est autorisé (ce sont les préfectures qui ont le pouvoir d’interdire mais c’est aux maires d’assurer la police). On comprend pourquoi certaines communes préfèrent que les interdictions soient limitées, et donc discuter avec l’ARS la valeur des analyses.

ARS : Agence Régionale de Santé