mers mortes…

5501433253113

Selon la revue scientifique Science, au cours des 50 dernières années, les zones de haute mer sans oxygène dissous ont plus que quadruplé et celles à faible teneur en oxygène près des côtes ont été multipliés par dix. Cette tendance est liée à la hausse de la température moyenne de l’air et de l’eau qui diminue la solubilité de l’oxygène dans l’eau.

La hausse des températures mondiales diminue la solubilité de l’oxygène dans l’eau et réduit l’introduction de l’oxygène de l’atmosphère à l’intérieur des océans. Dans les estuaires et les bandes littorales fortement influencés par leurs bassins versants (Bv), les baisses d’oxygène ont été causées par une augmentation des apports en éléments nutritifs (azote et phosphore) et en matière organique, provenant principalement de l’agriculture et des eaux usées.

« C’est un problème que nous pouvons résoudre« , a déclaré Denise Breitburg. L’auteur principale de l’étude donne l’exemple de la baie de Chesapeake aux États-Unis et l’estuaire de la Tamise au Royaume-Uni où de meilleures pratiques agricoles et de collecte des eaux usées ont conduit à la résorption des zones mortes. Encore faut-il avoir le courage de remettre en cause un système agro-intensif et la volonté de protéger les cours d’eau des surdoses d’azote et de phosphore qui, in fine, alimentent les estuaires…

GES : Gaz à Effet de Serre