Chemins ruraux : les forces de l’ordre interviennent

Capture du 2017-05-26 12:54:37Dans le sens opposé à la Loi ! De nombreux chemins ruraux disparaissent, cédés par les maires qui ne veulent plus les entretenir. Ils sont vendus aux riverains qui en interdisent l’accès au public.

50 % des chemins ruraux qui appartiennent aux mairies et qui permettaient un accès du public à la Nature, tout en abritant souvent une biodiversité intéressante et protégée pour certaines espèces, ont disparu ces vingt dernières années. Un peu partout des associations locales essaient d’empêcher leur disparition mais rencontrent des oppositions de la part des édiles et des riverains, souvent des exploitants agricoles, qui, parfois, n’hésitent pas à faire intervenir la Gendarmerie. Les gendarmes sont alors amenés à chasser le public au mépris de la Loi, car le droit dans ce cadre est du côté des promeneurs.

En 2016 T&R et d’autres associations ont organisé une promenade dans un chemin rural du Longeron(49) menacé de vente aux riverains par la commune. La Gendarmerie était présente mais n’est pas intervenue comme elle l’a fait dans le cas de la commune de Le Cheylard dans l’Ardèche (voir photo). On ne peut que s’interroger sur l’attitude des maires qui s’obstinent alors que dans nombre de cas les associations proposent d’assurer l’entretien de ces chemins ruraux. Quant à l’action irrégulière des forces de l’ordre, chacun appréciera…