La diversité des insectes pollinisateurs améliore les rendements agricoles

papillon - Lycaena_phlaeas_daimioUne étude internationale que vient de publier en janvier la revue scientifique « Science » démontre le lien entre diversité des pollinisateurs et rendements agricoles. Menée pendant cinq ans, l’expérimentation met en évidence que le nombre et la diversité des insectes pollinisateurs a un impact sur les rendements des cultures de plus de 20% en moyenne, l’impact pouvant aller jusqu’à plus de 30 % sur des petites parcelles.

La diversité de la biodiversité ne représente pas donc qu’un enjeu de protection de l’environnement, mais bien une question de sécurité alimentaire mondiale. En France, alors que les discussions autour du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité touchent à leur fin, les sénateurs, sous l’influence probable du lobby des tenants de l’agrobusiness, ont d’ores et déjà refusé d’y inscrire l’interdiction des néonicotinoïdes ! Ces insecticides tueurs d’abeilles et de bourdons sont pourtant désignés comme coupables par les organismes de surveillance sanitaire des différents pays. En France toujours, l’Anses* publiait récemment un avis concernant l’effet ravageurs des néonicotinoïdes sur les populations d’insectes pollinisateurs et soutenait la nécessité de prévoir des mesures de protection allant jusqu’à l’interdiction de cette classe de pesticides ; on peut penser que les sénateurs soit ne savent pas lire, soit sont atteints de cécité.

Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail