La Cop21 a travaillé à partir du 5ème rapport du Giec*.

earthAu rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre (GES), la température moyenne terrestre devrait augmenter de 3,7 à 4,8°C vers la fin du siècle. Les décisions prises à la COP21, à partir du 5ème rapport du Giec, vont dans le bon sens si elles sont suivies d’effets.

Qu’écrivait le Giec dans son « résumé du résumé » à l’intention des décideurs ?
« Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent depuis des décennies voire des millénaires»…..« Chacune des trois dernières décennies a été successivement plus chaude à la surface de la Terre que toutes les décennies précédentes depuis 1850. Les années 1983 à 2012 constituent probablement la période de 30 ans la plus chaude qu’ait connue l’hémisphère Nord depuis 1 400 ans »….. « Le forçage radiatif total est positif et a conduit à une absorption nette d’énergie par le système climatique. La plus grande contribution à ce forçage radiatif provient de l’augmentation de la teneur de l’atmosphère en CO2 depuis 1750 ».

Derrière ce langage technique se cache une réalité simple : l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère liée aux activités humaine. L’objectif de 2 % maximum reste atteignable, expliquait le Giec, mais il faudra réduire de 40 à 70% les émissions mondiales de GES au plus tard en 2050. Ce sera très difficile puisque la tendance est inverse : + 2,2% par an entre 2000 et 2010, contre 1,3% entre 1970 et 2000 et qu’il y a une inertie du climat qui justifie que le Monde réagisse vite. Les auteurs français qui avaient présenté le rapport du Giec n’avaient d’ailleurs pas caché leur scepticisme, voire leur pessimisme.

Giec : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat 

http://leclimatchange.fr/questions-reponses/

https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg1/WG1AR5_SummaryVolume_FINAL_FRENCH.pdf