Un pays sans pesticides

téléchargement4En 2013, le Salvador, grand producteur de café, maïs, coton et canne à sucre, a voté l’interdiction des pesticides agricoles vendus par les multinationales de la chimie de synthèse. Parallèlement le gouvernement lançait un programme de revalorisation des semences produites localement afin de ne plus avoir besoin des multinationales semencières (et de leurs OGM). Depuis, l’agriculture salvadorienne semble être plus productive tout en respectant l’environnement et la santé.

Pour échapper à Monsanto et Pionneer, 400 000 exploitations ont été livrées en maïs H-29, développé par le Centre national de la technologie agricole et forestière (CENTA). Ce maïs présente l’avantage d’être une variété locale adaptée aux terres salvadoriennes et plus résistantes à la sécheresse, et nécessitant moins d’intrants. Il présente cependant l’inconvénient d’être un maïs hybride donc stérile, ce qui laisse les agriculteurs dans une relation de dépendance avec l’Etat.
Malgré cette contradiction, la stratégie agricole du Salvador se présente comme une démarche volontariste intéressante, alliant autonomie, économie, environnement, qui peut être riche d’enseignements.