Chalutage des grands fonds : des députés plutôt dilettantes

Le vote du Parlement européen a refusé l’interdiction de ce chalutage par 9 voix de différence !

Cette technique de chalut en eau profonde (entre 500 et 1500 m), comme tout raclage des fonds, est destructrice de la vie marine et « oblige » les armateurs à détruire de nouveaux fonds quand les premiers sont vides.

D’après l’association Bloom, très engagée sur le dossier, il semble que des députés se soient « trompés » lors du vote, ce qui est surprenant pour des gens qui sont au Parlement depuis plusieurs années. Certains de ces « distraits » s’étaient pourtant déclarés publiquement contre ce chalutage destructeur des fonds marins. S’étant aperçus de leurs erreurs, ils ont demandé un nouveau vote qui a permis à l’interdiction de l’emporter par 343 voix contre 330. Malheureusement ce nouveau vote n’a pas été pris en compte et il n’y a pas de recours possible. Tout cela ne fait pas très sérieux au regard des enjeux et l’on se demande parfois comment on peut avoir des élus si dilettantes ?

Parallèlement à cela, une campagne consumériste est lancée pour exiger que les grands distributeurs ne vendent plus les poissons des grands fonds ( le sabre noir, le grenadier de roche et la lingue bleue). http://www.avaaz.org/fr/supermarches_fonds_marins/?buLmWab&v=32735
Déjà Carrefour et Casino ont décidé, de leur propre initiative et avant même le vote, de ne plus les vendre. Reste Leclerc, Auchan, Système U et surtout Intermarché dont la flotte intégrée approvisionne largement le marché avec ces poissons. Il semble cependant que la Scapêche, appartenant à Intermarché, ait annoncé le 10 décembre vouloir renoncer à ce type de chalutage en abysses. Affaire à suivre.