Protoxyde d’azote, un GES oublié

X4KRS5TJ2DNQKASOWY3P2L37XQ

On s’alarme à juste raison des émissions de GES* et du réchauffement climatique qui en découle. On met surtout en avant le dioxyde de carbone (CO2) et, en second rang, le méthane (CH4) 20 fois plus impactant, mais on parle rarement du protoxyde d’azote (N2O), un gaz à effet de serre pourtant 300 fois plus puissant que le CO2. Pour l’anecdote, c’est ce N2O, un gaz qualifié d’hilarant, qui sert à faire les bulles des mousses au chocolat (ou vanille, et autres parfums) que l’on trouve dans les magasins. Continuer la lecture de Protoxyde d’azote, un GES oublié

ICPE Seveso

2015-06-27_103454

Les ICPE sont les « établissements classés pour la protection de l’environnement ». Il peut s’agir d’usines, d’installations techniques, d’élevages, d’aménagements routiers, etc. Contrairement au discours rassurant des politiques, leur réglementation a fait l’objet de nombreux assouplissements ces dernières années. Ceci pourrait expliquer l’origine de l’accident de l’usine Lubrizol et l’importance qu’il a eu. Continuer la lecture de ICPE Seveso

SDHI

20180418_Fongicides

Les fongicides* SDHI bloquent une étape de la respiration assurée par l’enzyme succinate déshydrogénase, les cellules meurent asphyxiées, entraînant la mort des champignons. Mais comme toutes les cellules du vivant respirent selon ce mécanisme, ces SDHI tuent aussi des insectes et peuvent attenter à la vie des humains (étude CNRS-INSEM). Les risques des SDHI sont d’autant plus importants que ces fongicides sont parmi les plus utilisées en agriculture en France, couvrant près de 70 % des surfaces de blé tendre et 80 % de l’orge d’hiver. La conséquence est que ces molécules sont parmi les plus retrouvées lors des analyses d’aliments. Continuer la lecture de SDHI

pollution plastique

41705352-beach-pollution

Sur les 355 millions de tonnes de plastiques produites chaque année (données 2018 de Plastics Europe) dans le monde, on estime que 5 %, soit 17 millions de tonnes, finiraient dans l’océan. Les plastiques denses vont couler vers les fonds marins, où ils peuvent avoir des conséquences au fil du temps, les autres, les moins denses, comme les films d’emballages plus ou moins dégradés, dérivent à la surface. Ils peuvent alors être ingérés par les poissons, les cétacés et les oiseaux de mer. Continuer la lecture de pollution plastique